Actualités et liens

________________________________

Rencontres


   Pour respecter les distances de sécurité nécessaires à la limitation de l'épidémie de Covid-19, la rencontre hebdomadaire du vendredi soir est limitée à quatre personnes.            Au-delà, le groupe sera dédoublé au profit d'une rencontre le samedi après-midi.

Cependant, je reste disponible pour aider à l'analyse des rêves au 06 65 61 60 37.


Soirée conviviale et gratuite

Inscrivez-vous...


________________________________


Le rêve du mois

    Chaque mois, j'interprète un rêve qu'on m'a confié. 
Ensuite il est archivé dans la rubrique

Pour éviter de passer à côté d'une bonne interprètation, il faut se dire que ce n'est jamais à une conservation d'un comportement ancien que nous sommes conviés, mais plutôt à l'audace d'un comportement nouveau, jamais encore vécu ou pas encore pleinement vécu.

Juin 2020
 
Le masculin bienveillant me sauve des rochers qui me courent après.
(Rêve fait par une femme de 50 ans)

    Ce rêve est le troisième d'une série qui engage la rêveuse, que nous appelerons Lise, sur le chemin de l'acquisition d'une âme masculine porteuse d'assurance et de confiance en soi que son père n'a pu lui donner et que l'inconscient tente de lui apporter par la présence dans ses rêves de personnages masculins bienveillants. Lise est une personne à la fois impétueuse et craintive. 

    Dans son enfance, elle voyait avec justesse les manoeuvres de sa mère qui la considérait comme une rivale dans la relation avec son mari. Tous les efforts que l'enfant Lise faisait pour attirer l'attention de son père sur l'attitude injuste de sa mère envers elle se soldait par un échec. Le père prenait le parti de sa femme par crainte de la perdre sans s'aperçevoir qu'il privait sa fille de l'attention qu'elle réclamait pour se sentir aimée et rassurée.
    C'est ainsi qu'elle a refoulé sa capacité de discernement puisque ça la mettait en danger de rejet par son père. Ce conflit entre affirmer sa pertinence ou perdre l'amour du père s'est engrammé dans son inconscient sous forme d'un complexe autonome qui se réactive à chaque fois qu'un affect est touché.
    Toute qualité refoulée s'exprime sous forme de projection. Lise est souvent agacèe par ceux qui prennent la parole pour dire des choses inexactes. Elle est aussi agacée par les personnes qui se conduisent de manière déloyale, elle qui, enfant, avait mis sa vie dans un carcan de loyauté pour ne pas revivre le sentiment de rejet. Ce qui aura une conséquence dans sa vie de femme. Elle cherchera auprès des hommes l'assurance qu'elle ne sera pas rejetée. Et ce sentiment  devenu impérieux aura tendance à rejeter au second plan son besoin d'affirmer ce dont elle est porteuse, son talent. 
     
    Dans le premier rêve de la série, apparaît le personnage de Michel Onfray. Un homme public connu pour son étonnante capacité à apporter la controverse et la supporter quand elle est dirigée contre lui.
   C'est une image rassurante sur laquelle elle peut s'appuyer pour dénoncer les incohérences du monde qui l'agacent profondément. Michel Onfray incarne pour elle une intelligence, une perspicacité et une capacité à encaisser les coups.

    Le second rêve la voit dans une assemblée en train de s'opposer à une femme maire. "Je suis sur le point de m’installer dans ce village. J'ai des convictions écologiques que je veux faire valoir. Alors je me lève, je parle sans avoir préparé devant l'assemblée présidée par la maire. Je suis submergée par l’émotion d’avoir osé prendre la parole et dis qu’elle me trouvera sur son chemin".
    Ce rêve voit Lise oser s'opposer à une autorité féminine devant le monde. Cette affirmation de soi effective est encore difficile et sujette à émotion. Cependant, dans ce rêve, lui viendra en aide une figure masculine solide à l'instar de Michel Onfray, un homme rassurant et bienveillant connu d'elle, un animus qui lui apportera la confiance en soi et en la vie. On verra aussi dans le rêve suivant la présence d'hommes-guides bienveillants qui lui apporteront l'attitude masculine nécessaire à la tranquille affirmation de soi qui lui a fait tant défaut depuis l'enfance.

     Voici le troisième rêve.
    Je vois la mer avec un alignement de galets géants. Je suis avec deux autres filles. Les vagues  jettent des rochers pour nous écraser.
    Nous parvenons en haut de la plage et je vois les rochers se mouvoir par leur propre force. Nous nous réfugions derrière d’anciens rochers tombés-là qui forment un abri. 
   On passera la nuit ici. Les rochers qui nous poursuivent sont de plus en plus grands et tentent de nous enfermer dans notre refuge. Derrière la paroi transparente du refuge de pierres, il y a une habitation et de la lumière. Nous faisons silence pour ne pas être découvertes. Il s’agit de la maison de Karl, un prof d'arts plastiques que j'ai connu quand j'étais étudiante.
    La mer qui monte au-dessus des rochers a interrompu leur projection et nous pouvons dormir. Le lendemain, les rochers de plus en plus gros ont repris leur projection de plus belle le long de la paroi de l’abri formant ainsi un couloir, des grottes.
    Nous nous demandons comment sortir de ce long corridor quand un homme du haut de la falaise nous fait signe de grimper par un petit portail avant qu’il ne soit refermé par les rochers. Nous nous précipitons à la suite de l’homme et derrière nous, nous apercevons des géants qui se lancent à notre poursuite. Ils ont avoir avec les rochers. Mais il faut se hâter de se mettre à l’abri.
    L’homme qui nous a sauvées nous guide vers un souterrain. Un géant roux nous rattrape, je crie mais l’homme nous rassure, nous n’avons rien à craindre et je jette un regard derrière avant de disparaître dans le souterrain. J’y découvre un village où s’est organisée une vie confortable. Nous nous séparons chacun retrouve son foyer. 
    Je révèle le passage entre la maison de Karl, le prof, et le corridor fermé par les rochers. On voyait la lumière derrière la paroi. Ce corridor devient utilisable. Karl décide d’en faire un grenier pour ranger des choses. Les rochers, une fois posés ne bougerons plus. Et on est protégés des agressions extérieures.
    Quelques années plus tard, j’ai la surprise de voir que Karl a fait de l’endroit un musée où sont vendues d’anciennes toiles et des travaux d’élèves. Nous retrouvons d’anciens tableaux que Karl consent à nous rendre. Je retrouve trois de mes dessins majeurs dont une petite gravure. Je suis heureuse de les reprendre.

    Ce rêve met l'accent sur la pierrre, le rocher qui symbolise la durabilité, l'immuabilité, l'indifférence aux humeurs du temps. Ne dit-on pas solide comme un roc ?
 C'est un symbole de transformation majeure de l'âme.  
    Symbolisé par la mer, l'inconscient prend en main l'âme de Lise et veut l'affermir en lui projetant des pierres. Cette solidité qui lui fait défaut, elle en a peur. D'où la fuite. Et plus elle fuit plus les rochers sont gros. La poursuite se calme la nuit. C'est normal puisque la nuit, quand on dort, la mer est haute et recouvre les rochers, l'inconscient recouvre tout y compris la conscience et donc tout sentiment de peur. Et c'est normal qu'elle fuie l'affirmation de soi puisque cette attitude avait fait l'objet d'un rejet du père.
     Mais les rochers ne sont pas seulement dangereux, ils protègent aussi et laissent passer la lumière. Ils forment un corridor, c'est à dire un lieu de passage pour aller d'un endroit à l'autre.    De la peur à l'assurance ? Pas encore. Les rochers abritent et sont corridor-chemin mais peuvent aussi le fermer. Un nouveau danger est à craindre: l'enfermement. Puis apparait le masculin-guide qui va lui permettre de trouver l'issue. Le masculin positif contre le masculin négatif qui dans l'esprit de l'enfant Lise avait pris des proportions gigantesques et terrifiantes (le géant roux).  Puis, c'est la fin de la peur, le retour au calme du village-foyer. Là où on se sent bien et là où se concoivent les choses.
    Le village souterrain, l'abri-corridor en pierres dont on peut sortir et qui peut servir de protection à ses talents (musée des œuvres des élèves de Karl) grâce à Karl, un homme connu d'elle pour sa bienveillance, son assurance, à l'instar des deux autres apparus dans ses deux rêves précédents.
      Si ces choses sont souterraines comme le foyer, le musée (là où se conserve le talent), c'est qu'elle ont besoin d'être cachées au monde afin d'acquérir la solidité suffisante pour être montrées.   
     Que sont les toiles des élèves du prof d'art plastique ? Peindre, dépeindre, n'est-ce pas montrer au monde sa propre vision des choses, l'affirmer tranquillement, sans peur et avec bienveillance ? Et sa petite gravure, une inscription dans la matière, c'est à dire dans la vie réelle, n'est-ce pas marquer les esprits par sa personnalité solide et bienveillante ?

        La personnalité de Lise, me fait penser à celle de l'apôtre Pierre que je commente au  chapitre du Rocher à la page du Symbolisme.


________________________________


Liens



Mon site personnel autour de mes navigations :


***

Un site d'information et de ressources jungiennes
Tout sur CG Jung et la psychologie des profondeurs

***

Association pour le Développement du 
Rêve Eveillé Libre
J'ai fait ma formation au rêve éveillé ici :

***

Dialogues avec l'ange
Des documents peu connus sur l'origine de cet enseignement spirituel.

***

Artas
Ecole de vie intérieure reliant les dimensions psychologiques et spirituelles de l’homme.
J'ai suivi cet enseignement durant 2 années.

***

Patricia Montaud
Elle enseigne le dialogue miroir avec la nature.patricia montaud.org

***

Des témoignages d'EMI
IANDS
Association Internationnale pour l'Etude des Etats Proches de la Mort

***

La psychanalyse corporelle
Revivre son passé pour mieux vivre son présent

***

Association Recherches Mimétiques
ARM
Elle a pour but de structurer la recherche liée à la théorie mimétique de René Girard , (la violence et le sacré, le bouc-émissaire) et d'organiser sa diffusion.

***

Lanza del Vasto, philosophe de la relation, apôtre de la non-violence, poète de la transparence, fondateur de la communauté de l'Arche.

***

Communauté de l’Arche
de
 Lanza del Vasto.
 On y expérimente 
d'autres manières de vivre, d'agir, d'entrer en relation à partir du lien étroit entre la vie spirituelle, l'éthique, l'action sociale et politique.
J'ai vécu avec ma famille dans cette communauté.
Elle est chère à mon coeur.

***