Actualités et liens

________________________________


________________________________


Le rêve du mois

    Chaque mois, j'interprète un rêve qu'on m'a confié. 
Ensuite il est archivé,


Octobre 2019.

Le chemin de l'affirmation de soi dans le rêve.
    Voici deux rêves faits par deux personnes différentes, un homme de 63 ans et une femme de 45 ans qui présentent la prise de position ou la non-prise de position dans le rêve, c'est-à-dire la question de l'affirmation de soi face à ses propres forces psychiques (affects). 

L'homme de 63 ans :
   Je rencontre inopinément une femme que j'ai aimée profondément et dont le départ sans raison m'avait durement affecté. Elle ne peut plus me fuir et accepte la rencontre. Je me retrouve avec elle dans un petit groupe constitué de ses amies qui ne me connaissent pas et qui ne l'ont connue qu'après le début de ses activités artistiques. 
  Elle sait qu'elle ne peut plus fuir sa responsabilité dans son départ de notre relation amoureuse et essaie une dernière fois de me reprocher ma conduite pour se disculper ou atténuer sa responsabilité. Elle dit que si elle m'a trompé, je l'ai trompée moi aussi puisque j'ai connu des femmes après elle. Autrement dit, j'aurais du être fidèle à mon amour pour elle, sans elle (on voit ici une injonction paradoxale à l'œuvre). Il y a là une torsion de la vérité qui consiste à accuser l'autre pour se disculper.  
  Ses amies sont en admiration devant l'artiste qu'elle est. Je dis : " Cette femme que j'aime est une manipulatrice. Sa puissance et son rayonnement n'existe que par le crédit que vous lui accordez. C'est moi qui lui ai révélé patiemment ses talents, vous ne le saviez pas ? " 
    
    Ce rêve prend dans l'histoire de cet homme des images affectives fortes de son passé pour mettre en scène le difficile travail d'affirmation de soi face aux autres auquel on renonce bien souvent par peur de blesser, peur de déplaire, peur de passer pour un outrecuidant, peur d'être rejeté. Le réveur ici s'affirme. En étant à la fois aimant et lucide, il déjoue les pièges de sa propre anima que représente cette femme aimée et versatile. C'est l'accusatrice en lui qui lui fait souvent endosser des responsabilités qui ne lui appartiennent pas. 

La femme de 45 ans : 
    Je suis avec un homme, un prof, que j'ai aimé éperdument lorsque j'étais étudiante. Il est marié à une jolie femme. Elle est sympathique et je pourrais être son amie. 
     J'ai envie de lui et nous partons sur le bord de la mer pour chercher un endroit intime et retiré pour ne pas qu'on nous voie. Je suis nue et nous faisons l'amour. Puis il me laisse pour rentrer chez sa femme. Je ne retrouve pas mes vêtements.  La mer a monté et je ne puis retouner chez moi par ce chemin, je ne sais pas nager. L'autre solution est de remonter la plage et de traverser un village. Mais ce n'est pas possible car, étant nue, on va me voir et je vais me faire arrèter par la police.

    Comme dans le rêve précédent, ce rêve prend dans l'histoire de cette femme des images affectives fortes pour mettre en scène le difficile travail d'affirmation de soi. Mais contrairement à  l'homme du rêve précédent qui s'oppose à son anima en révèlant ses roueries, cette femme ne s'oppose pas au départ de l'homme aimé, son animus. Il lui impose sa double vie et la confine à un rôle secondaire d'amante. 
    Nous voyons dans ce rêve comment elle concède à cet animus une part d'elle-même. D'abord en trouvant son épouse jolie et aimable (donc, je ne peux pas lui faire de mal), ensuite en se dépouillant de ses vêtements (l'élan amoureux lui faisant perdre toute notion de protection) puis en acceptant de jouer le rôle de l'amante qui sera toujours dans l'attente du bon vouloir de son amoureux. 
      La conséquence d'une telle attitude est qu'elle refoulera ce désarroi dans son inconscient (la mer haute, infranchissable sans risquer de se noyer) ou bien qu'elle en concevra de la honte de s'être livrée sans protection et de s'être fait duper par son attente amoureuse. 
   Cependant, comme aucune des solutions de retour chez soi n'est possible sans dégats (régression psychologique), il n'y a qu'une solution, c'est d'observer combien la même situation engrammée dans l'enfance se répète. Puis de voir la duplicité de l'animus qui est en elle et qui lui fait accepter des conditions d'infériorité et de revendiquer sa place dans toute relation quitte à déplaire ou oser dépasser son propre sentiment de rejet. 

    L'anima et l'animus sont des puissances de conviction. Elles sont nourries par notre reniement inconscient de soi fait dans l'enfance, ce reniement qui nous a permis de nous adapter à nos parents pour ne pas nous sentir rejeté.
     L'affirmation de soi passe d'abord par la reconaissance que c'est nous-même qui cédons à nos propres peurs, puis par une prise de position calme mais déterminée contre ce qui n'est pas juste. 

   Dans l'exposé de ces deux rêves nous avons vu que cet homme est plus avancé que cette femme. Il expérimente déjà dans sa vie l'opposition calme et constructive.
    A cette femme, il est montré son manque de positionnement ou de quant-à-soi. C'est déjà un gros progrès (elle n'est plus le jouet de ses peurs). Nous nous attendons à voir dans ses prochains rêves, les effets de son positionnement quel qu'il soit et les rectifications éventuelles à apporter. 
 


________________________________


Les dernières mises à jour

Mercredi 17 juillet 2019.

     Joelle Mellioret, une femme artiste qui sait célébrer le mythe vivant de la Terre-Mère en nous reliant par la poésie à ce qui nous constitue et nous dépasse... 
Lundi 28 mai 2019.

    Voici une présentation d'une expérience de sortie de corps vécue régulièrement par Nicolas Fraisse et étudiée par des scientifiques. 
___________________

Liens



Mon site personnel autour de mes navigations :


***

Un site d'information et de ressources jungiennes
Tout sur CG Jung et la psychologie des profondeurs


***

Association pour le Développement du 
Rêve Eveillé Libre
J'ai fait ma formation au rêve éveillé ici :


***

Dialogues avec l'ange
Des documents peu connus sur l'origine de cet enseignement spirituel.


***

Artas
Ecole de vie intérieure reliant les dimensions psychologiques et spirituelles de l’homme.
J'ai suivi cet enseignement durant 2 années.


***

Patricia Montaud
Elle enseigne le dialogue miroir avec la nature.patricia montaud.org


***

Des témoignages d'EMI
IANDS
Association Internationnale pour l'Etude des Etats Proches de la Mort


***

La psychanalyse corporelle
Revivre son passé pour mieux vivre son présent


***

Association Recherches Mimétiques
ARM
Elle a pour but de structurer la recherche liée à la théorie mimétique de René Girard , (la violence et le sacré, le bouc-émissaire) et d'organiser sa diffusion.


***

Lanza del Vasto, philosophe de la relation, apôtre de la non-violence, poète de la transparence, fondateur de la communauté de l'Arche.


***

Communauté de l’Arche
de
 Lanza del Vasto.
 On y expérimente 
d'autres manières de vivre, d'agir, d'entrer en relation à partir du lien étroit entre la vie spirituelle, l'éthique, l'action sociale et politique.
J'ai vécu avec ma famille dans cette communauté.
Elle est chère à mon coeur.


***